Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Lamborghini et Ducati collabore pour optimiser la communication entre motard et automobiliste

Lamborghini soutient l’engagement de Ducati à garantir un niveau de sécurité plus élevé pour les motocyclistes. Le constructeur de motos basé à Bologne a été l’un des principaux acteurs de l’événement de démonstration organisé sur le circuit du Lausitzring (Allemagne) par le Connected Motorcycle Consortium pour présenter l’efficacité des systèmes de connectivité moto-voiture développés au cours de cette phase de recherche du consortium.

Le Connected Motorcycle Consortium (CMC) est une association internationale des principaux fabricants de véhicules à deux roues visant à intégrer les motos dans l’avenir de la mobilité connectée pour améliorer la sécurité des motocyclistes. Les constructeurs automobiles travaillent depuis des années sur les technologies de communication entre véhicules (V2V), et le CMC travaille également sur l’ajout des informations transmises par les motos (qui ont des besoins et des dynamiques différents) afin de les standardiser à l’avenir lorsque la technologie sera intégrée à l’ensemble de la flotte de motos et de voitures en circulation.

Pour démontrer l’efficacité des systèmes en cours de recherche et développement, Lamborghini a aidé Ducati dans la phase d’essai du projet en fournissant un Urus pour des simulations de cas d’utilisation. Ducati a choisi d’examiner les trois cas d’accident les plus critiques et dangereux, à savoir ceux qui placent les motos dans une position obscurcie par rapport aux voitures arrivant en sens inverse ou ceux qui mettent les motocyclistes dans une situation où ils n’ont pas de visibilité sur ce qui se passe devant eux. Dans ces situations, la communication entre les véhicules intégrée aux capteurs embarqués pourrait contribuer à réduire le nombre d’accidents.

La technologie a été développée par Ducati en collaboration avec plusieurs fournisseurs, dont Bertrandt pour le matériel et Nfiniity pour le système d’exploitation et le développement d’algorithmes. Dans cette phase de développement, le prototype comporte un écran supplémentaire sur la moto affichant des signaux d’avertissement pouvant informer le motocycliste de tout danger.

Le cas de l’IMA (Intersection Movement Assist) considère une intersection avec une visibilité réduite où une moto sur une route passante approche d’une intersection où une voiture arrive en même temps d’une route secondaire. Pour rendre cette situation encore plus critique, Ducati a choisi d’ajouter un obstacle fixe pour obscurcir complètement la vue de la moto tant du conducteur de la voiture que des systèmes auxiliaires de la voiture. Dans ce cas, un signal d’avertissement est affiché sur le tableau de bord de la voiture, alertant le conducteur de l’arrivée de la moto et lui conseillant d’approcher l’intersection avec une extrême prudence.

LTA (Left Turn Assist), en revanche, concerne une intersection où la voiture et la moto circulent sur la route principale mais en sens opposé, et où la voiture veut tourner à gauche. Dans ce cas, la moto est moins visible que la voiture, même à travers les systèmes auxiliaires, avec le risque de ne pas être bien évaluée par le conducteur venant en sens inverse. Encore une fois, dans ce cas, dès que le conducteur active les clignotants en approchant de l’intersection, un signal d’avertissement pour la moto sera affiché.

DNPW (Do Not Pass Warning), quant à lui, est le cas où une moto dans une file de circulation souhaite dépasser un gros véhicule devant elle, lequel a lui-même une voiture devant lui qui veut tourner à gauche mais n’est pas visible par le motocycliste. Dans ce cas, c’est le motocycliste qui voit l’avertissement dès que le système détecte que la voiture et la moto ont toutes deux activé leurs clignotants.

Contenus sponsorisés